You are here

Blogs

La FED 4124 Histoire et Archéologie Maritimes : perspectives 2018

Cette fin d’année 2017 a été riche en événements marquants et heureux. Les 24 et 25 novembre en Sorbonne a eu lieu devant un public franco-américain nombreux et assidu le colloque international dont la FED était co-organisatrice La Fayette, nous voilà. L’engagement américain en France, 1917-1918. Les questions maritimes y ont occupé une place significative et ce fut tout à la fois un plaisir et un honneur que de recevoir des spécialistes aussi renommés que Paul G. Halpern et John B. Hattendorf. La partie spécifiquement consacrée à l’US Navy et aux ports français a été bissée à Brest lors d’une demi-journée organisée conjointement avec Brest métropole et la Marine nationale.

Toujours à Brest, le 12 décembre, notre collègue de l’Ecole Navale et de la FED, Isabelle Knab-Delumeau a brillamment soutenu son doctorat La carte nautique et ses usages (1830-1880), préparé sous la direction de Philippe Jarnoux et Sylvain Laubé. Qu’elle trouve ici l’expression de nos vives félicitations.

 

2018 s’annonce comme une année importante pour nous. Au premier janvier Paris Sorbonne et l’Université Pierre et Marie Curie ne formeront plus qu’un seul et même établissement, Sorbonne Université, en trois facultés (Lettres, Sciences et Ingénieurie, Médecine). L’occasion nous est ainsi donnée à nous, spécialistes d’histoire maritime, de démarrer enfin des collaborations autres que ponctuelles avec des collègues de la Faculté de sciences ainsi que du Museum d’histoire naturelle. Je participe, seul représentant de la Faculté des Lettres, à un comité préparant à frais nouveaux le projet d’Institut de la Mer et qui doit rendre sa copie au début du printemps. La nouvelle université, avec ses stations marines, représente une considérable concentration de chercheurs de toutes disciplines sur les mers et océans et c’est encore plus vrai surtout si on y ajoute les partenaires de l’ancienne Comue que sont le Museum et, en association, l’Ecole Navale. Une prise de conscience de cette force est en cours et la FED est très heureuse d’y prendre part en développant des liens de faculté à faculté mais aussi avec des partenaires extérieurs mais proches.

Plusieurs publications sont annoncées pour 2018 dues aux membres de la FED : le volume collectif que j’ai co-dirigé avec mon collègue Agustin Guimera (CSIC, Madrid) sur la Real Armada, la marine des Bourbons d’Espagne au XVIIIe siècle, le numéro 25 de la Revue d’histoire maritime sur « le navire à la mer », les actes (enfin !) du second colloque sur les Marines de la guerre d’Indépendance américaine (1763-1783). II : L’opérationnel naval, les deux volumes de Max Guérout portant sur le Magenta et L’Alabama, tandis que sont en cours de préparation l’ouvrage collectif sur Naviguer et commander en opérations : de Grasse, Vaudreuil et l’Indépendance américaine (1781-1783) et le numéro de la revue Histoire, économie & société, co-dirigé avec Richard Harding (Westminster University, London) sur « L’Angleterre vue de la mer ».

 

Chers lecteurs, joyeux Noël et à l’année prochaine !

 

Olivier Chaline

Loin des territoires touristiques d'aujourd'hui, recherches sur les petites îles comme refuge des industries polluantes au XIXe siècle. L'exemple de l'industrie de la soude à Porquerolles et à Port-Cros au XIXe siècle.

Loin de l’idée d’un parc national qui renvoie à la préservation du milieu naturel de l’action anthropique, les îles de Porquerolles et de Port-Cros ont connu à partir des années 1820 une industrialisation avec l’implantation de deux usines de soude à Port-Cros et d’une à Porquerolles, dans le mouvement général du développement industriel du premier xixe siècle.

Billet du 2 octobre 2017

En cet automne 2017, la FED prépare le prochain quinquennal, 2018-2021 avec trois axes commandant les travaux de ses différentes composantes :

  • L’opérationnel naval
  • Le bâtiment à la mer
  • Les espaces maritimes, environnement d’action.

Plusieurs de nos collègues de la FED, Jean-Marie Kowalski, Isabelle Knab-Delumeau et Eric Frécon ont porté la candidature de l’Ecole navale à l’appel d’offres AAP DGRIS « Centres d’excellence » lancé par le Ministère de la Défense. L’objectif est de contribuer au renouveau de la pensée stratégique française, en ce qui nous concerne dans le domaine de l’action de l’État en mer.

La convention qui nous lie au Musée national de la Marine vient d’être renouvelée et nous attendons qu’il en aille enfin de même avec l’Ecole Navale devenue Etablissement public.

Le nouveau comité scientifique mis en place avec nos partenaires du GIS d’histoire et sciences de la mer pour la Revue d’Histoire maritime a commencé ses travaux le mois dernier. La programmation a été relancée et ce fut aussi l’occasion, avec les PUPS, de faire évoluer la maquette de la couverture de la Revue.

La FED est, par moi, co-organisatrice avec la Société des Cincinnati de France et, à Paris Sorbonne, mon collègue Olivier Forcade, d’un grand colloque international les 23, 24 et 25 novembre prochains intitulé « La Fayette, nous voilà. L’engagement américain en France, 1917-1918 ». Il rassemblera de nombreux intervenants venus des États-Unis et fera une place importante aux questions navales avec la participation de spécialistes aussi renommés que Paul G. Halpern et John B. Hattendorf. Ce sera le principal colloque à Paris Sorbonne du centenaire de la Première guerre mondiale. Le programme en sera très prochainement mis sur notre site.

Signalons enfin plusieurs parutions à venir aux Presses de Paris Sorbonne dans la collection « Histoire maritime » pour les mois à venir : le tome II des Marines de la guerre d’Indépendance américaine qui portera sur l’opérationnel naval et un ouvrage collectif franco-espagnol que je co-dirige avec Agustín Guimera (CSIC, Madrid), La Real Armada. La marine des Bourbons d’Espagne au XVIIIe siècle qui sera le premier ouvrage en français sur le sujet.

 

A tous, bon vent et bonne mer !

 

Olivier Chaline